PetSafe interdit en Suisse

Loupi a été heurté par une auto. Il est mort des suites de ses blessures. J’ai suggéré à sa Maîtresse d’installer un système PetSafe comme celui qui protège Frimousse depuis bientôt 14 ans.

Elle m’a répondu que ce système était strictement interdit en Suisse.

J’ai trouvé un document de la Protection Suisse des Animaux qui explique.

Lire le document : http://www.protection-animaux.com/publications/animaux_de_compagnie/infothek/divers/checkliste_erziehungsmittel.pdf

Conception curieuse du bien-être animal que celle de la Protection Suisse des Animaux. Ainsi donc je ferais preuve de cruauté envers Frimousse depuis 14 ans. Et les chiens du Maître de RouXy seraient traités plus humainement s’ils étaient attachés au bout d’une chaine à chaque instant de chaque jour de chaque année, plutôt que de porter un collier PetSafe ?

Pour les chats, mieux vaut donc, en Suisse, être mortellement blessé par une auto que d’être stressé par des bips et secoué par des décharges électriques…

0_mousse_petsafe

24 réflexions au sujet de « PetSafe interdit en Suisse »

  1. mouneluna

    en suisse, le mieux est ennemi du bien
    je trouve que certains en font trop a bien des égards
    bonne journée à tous
    ici après le bain de soleil d’hier, c’est la douche froide.
    bisous

    Répondre
  2. TICARAMEL2

    Bonjours mes amis FRIMOUSSE ROUXY: je suis outrer d’apprendre cette position suisse sur ce problème,par contre « ces chiens de banquiers sont bien protègés » en défenseur de la cause animale je CRIE mon MEPRIS pour ce gouvernement qui a fait voter une telle loi..RENE papa de TICARAMEL

    Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      Ticaramel, on connaît la fougue de ton « Papa » ! Il n’y a pas que des banquiers, en Suisse ! Il y aussi beaucoup de gentils gens comme la Maîtresse de Zorro et de Loupi!
      Comme j’ai écrit en réponse du commentaire de Mouneluna j’ai adressé un lien vers cet article à Protection Suisse des Animaux. Réagiront-ils ?

      Répondre
  3. Phiphi

    Du n’importe quoi !!!
    Ils ont une autre solution à proposer ? pour éviter que les minets se fassent écraser !

    En tout cas , Frimousse, ne fait ni chat martyre, ni chat traumatisé ……..
    Câlinous mon BEAU copain

    Répondre
    1. Frimousse

      Je fais semblant d’être heureux. Le collier me démange, les bips et les électrochocs sont la vraie cause de mes « crises » !Et personne ne vient à mon secours !

      Répondre
  4. doly21

    je ne dit pas le fond de ma pensée les mots ne seraient pas très poli …… pfff n’importe quoi les suisses !
    en te voyant frimousse tu fais très chat « martyr »
    doux ronrons à toi

    Répondre
    1. Frimousse

      « Faut pas mettre tous les Suisses dans le même panier. Ils ont interdit la chasse dans le canton de Genève, « qu’il dit, mon Maître.
      Et puis c’est vrai : je sais martyrisé.

      Répondre
  5. Chatdesîles

    Ben moi, je préfèrerai ce système plutôt que de voir mon chat tué par une voiture ou tué par un chien, comme c’est arrivé pour un chat de ma mère lors d’un séjour dans une maison de famille …
    Ceci dit , si je dois un jour utiliser ce système, je pense que j’aurai mal au coeur lorsque le chat se prendra une châtaigne …

    Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      Reçu hier après-midi :
      « Nous vous remercions de votre courriel. Je transmets bien volontiers votre demande au service compétent, mais je vous prie de bien vouloir nous indiquer votre adresse complète. Selon la demande ou les documents nécessaires, notre service spécialisé préfère répondre par courrier postal.
      Merci beaucoup et meilleures salutations,
      PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA
      Jasmin Mühlethaler »
      J’ai donc communiqué mon nom et mon adresse.

      Répondre
  6. The Swiss Cats

    Le système privilégié est une clôture adaptée plutôt qu’un système directement sur l’animal, que ce soit un chat, un chien, une vache, … Aucune loi n’est parfaite, « les Suisses » ne sont pas mieux ou pire que les autres. La Suisse ayant le privilège d’avoir une démocratie directe, ce n’est pas « ce gouvernement » qui fait voter « une telle loi », mais le peuple…. Alors on se calme !
    A titre personnel, que ce soit autorisé ou pas, je préfère un moyen qui n’agit pas directement sur l’animal, comme une clôture adaptée, ou alors que le chat ne sorte pas. Claire

    Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      Bonjour Claire,
      J’habite « en France voisine », tu le sais et je ne suis pas étonné des réactions des Français qui habitent loin d’ici et qui ignorent tout de la « démocratie directe » suisse.
      Permets moi de relever une inexactitude dans ce que tu écris. La « décharge » électrique produite par le collier PetSafe n’a rien de commun avec celle que reçoive les vaches ! Et je parle par expérience. Les clôtures électriques pour délimiter les parcs des vaches ne semblent pas interdites en Suisse – j’ai cherché, je n’ai rien trouvé.
      Comme indiqué à Chatdesîles, j’ai reçu un mail en réponse au mien. Ils me répondront pas courrier.
      Bonne journée !

      Répondre
  7. The Swiss Cats

    Après un moment de réflexion : on peut s’étonner de fonctionnements différents sans tomber dans le jugement de valeurs me semble-t-il. La base des lois françaises et suisses en matière de protection des animaux EST la protection des animaux, même si les moyens préconisés n’empruntent pas les mêmes chemins.
    Ce qui est finalement drôle, avec du recul, c’est que c’est notre passion commune des chats qui s’exprime parfois vigoureusement dans les commentaires ci-dessus 😉

    Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      Nous avons connu dans la région d’Annecy de nombreuses disparitions de chats. Il faut savoir que le commerce de peau de chat était légal en Suisse jusqu’au 18 septembre 2008, et les trafiquants ont continué à capturer des chats et faire tanner leur peau en Suisse après cette date. Je me souviens avoir signé une pétition (européenne) adressée à la Présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, à l’époque, pour la sensibiliser à ce problème.
      Je verrai ce que la PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX me répondra.
      Œuvrer pour le bien-être des animaux, interdire les mauvais traitements, oui ! Mais il y a tant à faire dans les élevages – arrachages de dents à vif, sectionnement des queues à vif, castration à vif, ébecquage des poussins, etc. – les abattoirs, les camions de transport, pour ne pas se soucier d’éventuelles décharges électriques pour Frimousse et ses copains – décharges extrêmement rares et sans conséquences, contrairement au choc contre les autos, les tracteurs, les camions, les motos et même les vélos. Pauvre Loupi… Il nous a fait revivre ce que nous avons connu avec la mort de notre siamois, Minou.
      http://frimousse.over-blog.com/article-21069664.html

      Peaux de chat :
      http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/05/29/pile-poil-en-suisse-16-000-euros-damende-pour-les-tanneurs-de-peau-de-chat/

      Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      La notion de « bien-être » pour les animaux (pour les humains également) n’est pas une notion objective mais éminemment subjective.
      Tout est imbriqué.
      S’il n’y avait pas la chasse, il n’y aurait plus d’animaux sauvages car, par exemple, les agriculteurs n’accepteraient pas que les animaux sauvages viennent saccager leurs cultures et manger l’herbe de leurs vaches. Les autorités seraient obligées d’organiser des abattages sélectifs périodiques.
      Si on ne mangeait pas du tout de viande, comme le souhaite les végétariens, il n’y aurait plus d’animaux du tout car les animaux que nous voyons dans nos campagnes n’ont d’autre destin que d’être mangés.

      Répondre
  8. Nicole

    Il vaut mieux une petite décharge qu’un grand boum! Surtout qu’il auront vite compris que si on approche l’endroit où ça fait mal, on n’y va plus!
    Nicole

    Répondre
    1. Le Maitre de Frimousse Auteur de l’article

      Ce que tu dis est LA réalité.
      Question : si l’on renonce à empêcher un chat de se faire écraser, car lui mettre un collier PetSafe c’est cruel, doit-on renoncer à emmener un chat chez le vétérinaire, enfermé dans une cage, pour recevoir un piqûre ou subir une prise de sang ?
      Autre question plus fondamentale : « avoir » un chat à soi, enfermé dans un appartement, stérilisé, équipé d’un collier, etc. n’est-ce pas une forme d’égoïsme ? Le chat ne devrait-il pas être laissé libre de ses mouvements, libre de se battre avec ses congénères, libre d’être écrasé par une auto ?
      Bien sûr, les chats n’ont pas su s’adapter à la vie moderne, à la circulation automobile…

      Répondre

Laisser un commentaire