Archives de catégorie : Le Maître de Frimousse

Janvier

Le jour de Noël a été un jour très heureux – famille, treize personnes à table pour le repas de Noël traditionnel. La Maîtresse de Frimousse a joué la DJ pour la fête qu’elle a organisée avec des amis et des collègues la soirée du 31 – douze personnes et beaucoup de musique.

Et puis 2019 a commencé.

Rien de grave ne peut arriver à nos chatons, bien sûr. Donc ça ne peut arriver qu’aux humains, n’est-ce pas ? Samedi, une amie de la Maîtresse de Frimousse, âgée de 38 ans, s’est tuée à ski. C’était une skieuse très expérimentée. Elle a décidé de sauter une barre rocheuse, mais elle a peut-être surestimé la quantité de neige en dessous et est tombée sur 300 mètres sur un mélange de neige et de rochers. Son corps était en morceaux. Elle a deux filles âgées de 7 et 12 ans.

Quelques flocons ce matin. Les premiers de l’hiver.

À propos des chats, et des animaux

 

Voici un texte trouvé hier soir sur la page Facebook d’Alain Lipietz. Alain Lipietz a été député européen pendant douze ans. Il a failli être candidat à l’élection présidentielle de 2002. Il est encore un politicien très actif dans sa commune et dans son mouvement politique EELV (Europe écologie les Verts). Ceux qui aiment les chats, et plus largement les animaux, seront vivement intéressés.

« Nous venons de mettre en terre notre petite chatte Miah. Elle est morte de vieillesse. Le véto nous avait même donné quelques gouttes de morphine à lui administrer. Pas la peine.

Elle avait l’habitude de s’installer sur mes genoux pour regarder la télé. Avant-hier elle s’est blottie contre ma cuisse, la tête enfouie sous ma fesse, et hier elle n’en a même pas eu la force, elle a coincé sa tête sous un coussin et a commencé à se refroidir. Je l’ai couverte de mon pull après avoir humecté sa bouche.

Je suis de plus en plus perplexe devant ce contrat d’affection entre espèces différentes. Miah était assez nunuche, alors que les autres chattes avec qui j’ai vécu étaient très intelligentes, me dressant à comprendre des messages de plus en plus complexes. Elle, non. Elle ne savait que miauler, hurler même pour exiger des caresses, quand je travaillais, quand je faisais la vaisselle, quand j’avais les mains prises…

J’avais beau lui expliquer que ce n’est pas comme ça qu’une femelle obtient ce qu’elle désire, rien n’y faisait. Tout juste avait-elle compris que j’avais horreur de me baisser et grimpait-elle sur une banquette pour être à hauteur de ma main, ce qui était quand même une forme de langage un peu plus élaborée que ces hurlements.

Mais elle compensait l’exaspérant de sa demande de tendresse en gardant jusqu’au bout une tête de petit chat, attendrissante. J’avais fini par renoncer à lui expliquer qu’elle s’y prenait mal, j’avais accepté d’être-là-pour-la-carresser, comme un devoir d’état.

Et c’est ça que j’ai du mal à comprendre. Je lis des livres, des articles sur l’intelligence animale, la « théorie de l’esprit » et maintenant sur l’intelligence des plantes et la sensibilité végétale. Toujours rien sur l’affection (sauf sur l’apprentissage de la tendresse maternelle chez les singes…) en particulier entre espèces différentes.

Qu’est-ce que les chattes attendent de nous ? Pourquoi devons-nous accepter avec patience leurs exigences ? Pourquoi les veiller dans leur agonie ? Comme une métaphore de notre être-pour-la-mort ? que ce qui restera de nous ce n’est pas nos livres, notre temps de militantisme pour la Planète, mais la tendresse concrète envers nos proches, fût-ce une boule de poils qui tend sa tête pour des caresses? »

Sur son blog Alain Lipietz avait déjà publié un texte de réflexion lors de la mort de son précédent minet.

http://lipietz.net/Reflexions-sur-la-question-Chats