Archives de catégorie : Non classé

Promenons-nous dans les bois, pendant que…

Se promener dans les bois sans craindre de se faire tirer dessus

À la suite d’un nouvel accident de chasse qui a coûté la vie à un cycliste britannique en lisière de forêt en Haute-Savoie, un député propose d’interdire les vélos tout-terrain (VTT) pendant la saison de chasse. En voilà une bien bonne ! Quelques jours plus tard, Frédéric Habasque, un jeune surfer, raconte qu’il marchait tranquillement avec un ami vers la plage dans le Finistère, quand les deux jeunes gens entendent un énorme coup de feu avec le bruit des plombs tombant à proximité. Ils s’allongent immédiatement par terre pour se protéger. Après s’être relevés, ils ont vu deux chasseurs, en treillis et gilet orange, apparemment surpris, repartir sans un mot d’excuse malgré la colère des deux jeunes surfers.

Depuis 2000, la chasse a causé 3050 blessés et 403 morts en France.

En France, 15 millions de randonneurs, plus de 20 millions de cyclistes, d’innombrables promeneurs, cueilleurs de champignons, groupes scolaires, naturalistes, artistes, photographes, sportifs, forment une écrasante majorité au regard du quelque 1,2 million de chasseurs en France. Ce serait donc ces dizaines de millions de Français qui devraient s’abstenir de se promener dans les bois pendant quatre mois pour que la minorité de chasseurs puisse continuer à tuer des animaux. Les réponses sur les réseaux sociaux n’ont pas manqué de relever l’absurdité de cette situation. Une personne dont la voiture avait été percée deux jours plus tôt par une autre balle perdue sur l’autoroute A2, suggérait que l’on ferme les autoroutes pendant quatre mois !

L’idée n’est sans doute pas venue à notre député de se faire l’avocat de la majorité de la population et de proposer des jours sans chasse, comme le font la plupart des pays européens. En Suisse, dans le canton de Neuchâtel, trois jours sans chasse dont le dimanche obligatoirement ; dans le canton de Genève, pas de chasse du tout, toute l’année. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, pas de chasse le dimanche. En Espagne, deux à trois jours de chasse par semaine selon les provinces. Au Portugal, la chasse n’est autorisée que le jeudi et le dimanche. Autant de dispositions qui permettent à la majorité de la population de profiter de la nature sans craindre d’être victime d’un accident.

Dans la situation actuelle, l’influence des chasseurs s’étend sur la jouissance de ces espaces naturels, sur la sécurité de ceux qui souhaitent en jouir, sur la pérennité écologique de ces espaces et des espèces qui les peuplent, et finalement sur les instances gouvernementales. Comme l’explique Marc Giraud dans son excellent ouvrage Comment se promener dans les bois sans se faire tirer dessus  : « La surreprésentation des chasseurs dans les organismes consultés en amont de la publication des lois témoigne de cette absence de démocratie. »

Chaque année, plus de 200 millions de cartouches sont tirées dans les campagnes françaises, un quart lors de ball-traps et le reste pour la chasse. Avec une portée dangereuse de trois kilomètres, les balles perdues font peur aux chasseurs eux-mêmes. On compte en moyenne 150 à 200 blessés et une vingtaine de morts par an.

Sur les chemins publics, les chasseurs en activité demandent souvent aux promeneurs de faire demi-tour par mesure de sécurité. Ils posent des panneaux tels qu’« Attention chasse en cours », toutefois ceux-ci n’ont aucune valeur légale pour interdire la circulation. Vous pouvez donc passer — à vos risques et périls. Les citoyens qui poseraient des panneaux du genre, « Attention balade en cours », « photo de nature en cours » ou « observations ornithologiques en cours », risqueraient fort d’être la risée des chasseurs, ou pire.

La chasse serait « une nécessité pour l’écologie », comme nombre de chasseurs l’affirment, arguant de la prolifération des sangliers et des cervidés. Bien d’autres interventions, moins violentes, pourraient être envisagées dont la stérilisation des mâles dominants qui assurent la majeure partie de la reproduction. De plus, dans un milieu vraiment naturel, riche en biodiversité, les équilibres entre proies et prédateurs se stabilisent à des niveaux de densité optimaux sans qu’il soit nécessaire d’intervenir. En 1974, l’interdiction de la chasse dans le canton de Genève fut approuvée par référendum par 72 % de la population. Malgré les cris d’alarme des chasseurs, tout s’est bien passé : aujourd’hui, la faune du canton a retrouvé sa richesse et sa diversité, très appréciée par les promeneurs. Les sangliers n’ont pas envahi les terrains agricoles et leur population s’est régulée d’elle-même.

Récemment, sur la place d’un petit village où je séjournais, un dimanche matin un enfant de 5-6 ans passa près d’un groupe de chasseurs, fusil à l’épaule. Il interrogea sa mère sur les intentions de ces messieurs. Puis, il s’approcha d’eux et leur demanda avec une curiosité non feinte : « Alors, vous allez tuer ? » Un silence gêné fut la seule réponse. D’après une enquête sur leurs motivations, les chasseurs ne citent pas la recherche de nourriture, mais le contact avec la nature (99 %), la convivialité (93 %) et l’entretien des territoires (89 %) autant de buts louables en eux-mêmes qui n’exigent nullement de tuer des animaux.

Interrogé un jour à propos de la chasse, le naturaliste et explorateur Théodore Monod, avait répondu ainsi : « Que les hommes préhistoriques aient eu besoin de tuer des animaux, c’est évident. Actuellement, les Esquimaux tuent des phoques, les Bushmen des girafes, c’est nécessaire pour eux. Ils n’ont pas le choix. Mais ailleurs, c’est totalement anachronique. On ne chasse plus ici ni pour se défendre ni pour se nourrir. On chasse pour s’amuser. »

Pourtant, vingt morts inutiles chaque année n’amusent personne. Ces accidents n’amusent certainement pas les vingt millions de personnes qui hésitent à se promener dans les bois durant les périodes de chasse. Dans un tel contexte, les concessions récemment accordées aux chasseurs par le gouvernement français semblent donc non seulement anachroniques, mais singulièrement dénuées de discernement et de considération pour le sort des animaux et des citoyens.

Par Matthieu Ricard le 23 octobre 2018

https://www.matthieuricard.org/fr/blog/posts/se-promener-dans-les-bois-sans-craindre-de-se-faire-tirer-dessus

 

 

 

Frimousse – 2008

Frimousse :

« Le soir du vendredi 6 juin 2008 (j’avais 8 ans), tout à coup, je me suis mis à grogner très fort en mordant ma queue, en m’abritant sur une table ou sous une chaise.

Mes Maîtres ne savaient pas quoi faire. Ils avaient même peur que je les attaque.

Après deux heures de crise, vers onze heures du soir, ils ont décidé d’appeler le vétérinaire de garde.

Coup de chance, c’était ma docteure. Elle leur a dit d’essayer de me faire prendre du Crisax (le Gardenal des humains) puisqu’il en restait dans le placard – Jump, le colley était épileptique – et de m’amener le lendemain matin à son cabinet.

Elle m’a examiné.

Mes Maîtres lui ont dit que depuis un certain temps j’avais des quintes de toux. Mais elle n’a rien trouvé aux poumons.

Elle a dit de continuer le Crisax et a prescrit de la cortisone pour la toux.

Pour ma docteure c’était des crises épileptiformes dont elle ne comprenait pas l’origine.

Il me l’a pas dit, mais mon Maître a cherché ce qu’étaient des crises épileptiformes et il a trouvé que chez le chat… « le pronostic est sombre ».

Mes Maîtres ont vraiment cru que notre vie commune allait s’arrêter.

Comme je secouais la tête et bougeait les oreilles ils ont craint quelque chose de grave au cerveau.

Le 7 juillet 2008, mon Maître décidait de m’aider à écrire mes… mémoires : le Blog de Frimousse.

Le 16 juillet, ils m’ont ramené chez ma docteure.

Pour ma toux, pour elle c’était une trachéite, je ne risquais donc pas d’étouffer. Elle a donné des médicaments à prendre le matin et le soir.
Pour mes crises, elle a dit qu’il y avait « peu de chance que ce soit une tumeur au cerveau » car ça se serait aggravé depuis un mois alors que c’était plutôt le contraire – et que je souffrirais de plus en plus alors que je ne souffrais pas et que les crises se soignaient assez bien par des… caresses.

Mes Maîtres m’ont emmené voir ma docteure je ne sais plus combien de fois. Elle a conclut que c’était « comportemental ».

Rose, des Chats du Maquis, s’est fait du souci pour moi. Elle a dit à mes Maîtres d’essayer de me donner du Rescue. J’en prends de temps en temps mais… je repère vite sa présence dans ma nourriture et je… laisse à Tigri et RouXy le soin de finir mon plat.

« Les crises sont de fréquence et d’intensité tout à fait irrégulières, » qu’il dit mon Maître.

Alors ?

Moi, Frimousse, je dois vivre avec mes crises.

Et mes Maîtres doivent vivre avec Frimousse qui a des crises.

C’est tout.

Une chose d’importance : contrairement à ce que mes Maîtres craignaient, quand je fais une crise, je n’attaque ni mes Maîtres, ni Tigri, ni RouXy ! »

Le 6 juin c’était il y a deux jours.

Le 7 juillet ce sera dans un mois.

2008 c’était il y a dix ans.

Beaucoup de souvenirs de notre cher Frimousse, des joies, des peines….