Archives de l’auteur : Le Maitre de Frimousse

Un jour normal ?

Samedi, 26 mai, 4h15 du matin, Elouan, alias l’aîné des petits Maîtres de Jump, et Arthur, son meilleur partenaire de course, se lèvent. Nous étions chez Elouan la veille au soir et  ils sont revenus avec nous (*) pour passer la nuit ici.

Quelques tartines de confiture et les voilà partis vers le sommet de la montagne!  Il faisait encore nuit dehors. On pouvait voir de minuscules lumières se déplaçant dans la montagne. C’était le week-end de Maxi-course à Annecy. Elouan et Arthur auraient aimé participer à n’importe laquelle des deux plus longues courses : l’Ultra 116km D 7360m+ ou la Maxi 87km D 6000m+ mais des coureurs doivent avoir 18 ans et Elouan et Arthur ont seulement respectivement 16 et 15 ans … Donc ils ont décidé d’encourager des coureurs) particulièrement ceux d’entre eux qu’ils connaissaient. Et le champion, François d’Haene, bien sûr. Ils ont finalement rencontré François d’Haene qui, malgré le fait qu’il était en tête de la course, s’est arrêté pour et bavarder un instant avec Elouan et Arthur, tandis qu’un autre des nombreux spectateurs prenait la photographie. Elouan et Arthur ont passé la matinée à monter et descendre en courant le long du parcours de la course, encourageant les trailers en secouant une cloche. Ils sont finalement arrivés ici pour le déjeuner quelque temps après 12:30. Au milieu de l’après-midi ils sont rentrés chez eux sur leurs vélos 35km.

Eh bien, un jour que beaucoup de jeunes leurs âges ont passé sur leurs consoles de jeu vidéo …

François d’Haene s’entraîne actuellement la Western States Endurance Run (160 km) qu’il courra en juin.

(*) avec leurs VTT sur le porte-vélo

 

La botte de foin

La sœur de la Maîtresse de Frimousse est une artiste. Pendant ce mois de mai elle expose quelques unes de ses œuvres. Elle vient de créer un blog.

Vous saurez (presque) tout sur elle.

http://la-botte-de-foin.fr/

Un potager est entré chez Didier avec ses tomates écarlates et ses oignons plus vrais que nature. Sur une autre toile, la vieille porte bleue est tenue ouverte par un pot de géranium, les bûches sont stockées sous les marches de l’escalier, la table et sa chaise paillée attendent le visiteur. Avec une grande sensibilité, Muriel retrace l’ambiance paisible de ces maisons rurales. Chaque détail est une invitation à la sérénité. « Peindre est pour moi une nécessité, j’ai toujours peint depuis mon enfance. Je vis à la campagne, près de la nature. Pendant mes humbles moments de vagabondage, je puise mon inspiration dans ces incroyables richesses que la nature nous offre »