Archives de l’auteur : Le Maitre de Frimousse

Frimousse aurait écrit

Ce lundi matin, Frimousse aurait écrit ceci :

Il pleut.

Samedi matin, il faisait beau. Ma Maîtresse a couru une petite heure, en-bas, sur le bord du Lac. Mon Maître l’a accompagné. Alors ils m’ont enfermé dans la maison, avec mon copain RouXy – ils ne seraient pas partis tous les deux si RouXy n’avait pas été dans la maison aussi.

Hier il a plu pratiquement toute la journée. Dans la nuit de samedi à dimanche, le Maître de Jump – le fils de mon Maître, le papa des petits Maîtres de Jump – a fait la Saintélyon. Une course à pied qui part de Saint-Etienne à minuit pour arriver à Lyon « quelques » heures plus tard. Il a mis dix heures et demie. Pluie, boue et froid. Il est content. Du coup ma Maîtresse a décidé d’aller courir vers 2 heures de l’après-midi, sous la pluie – ce qui est très rare. Ça tombait bien, pour elle : moi, Frimousse, et mon copain RouXy, on roupillait devant le poêle.

Mon Maître dit qu’il faut profiter de la vie avant la guerre civile inévitable si 80 % des gens sensés continuent à soutenir une poignée de [mot effacé] de gauche et de droite. Heureusement, je ne vivrai pas ça, sous mon herbe, dans mon jardin.

https://www.u-run.fr/wp-content/uploads/2014/11/54ed8332-8902-49cd-a94d-64fb14f15829.jpg

 

 

 

 

 

 

L’hiver

Noël approche. Les fêtes, les repas, les réveillons. Mais aussi la froidure. Il est temps de penser à ceux qui sont dans le besoin.

Les Restaurants du Coeur n’ont rien à voir avec la charité. Les donneurs ne donnent pas vraiment. En fait ils flèchent une (petite) partie de leur impôt vers Les Restaurants du Coeur pour que cette association puisse fournir à boire et à manger à nos concitoyens démunis, et à leurs chiens et chats. Des dizaines de milliers de bénévoles assurent la distribution (presque) partout en France. Beaucoup de ces bénévoles sont d’anciens convives des restaurants – il s’agit donc aussi d’une action d’intégration sociale.

Il y a bien sûr beaucoup d’autres associations qui font appel à nous à cette période. Difficile de donner à tous…

D’aucuns diront que l’État devrait taxer beaucoup plus lourdement les riches pour redistribuer aux plus pauvres. Certes. Mais permettez-moi de vous rappeler une anecdote. Lors d’une émission de télévision, il y a longtemps, Antoine Riboud, PDG de Danone, père de l’actuel PDG, s’est vu reprocher sa richesse par un jeune extrêmiste : « Si on distribuait votre fortune aux Français, ils vivraient mieux ! » Antoine Riboud a sorti une pièce de 10 francs de sa poche et lui a dit : « Tenez, voici votre part. »